Copyright © 2019 Physioquanta Tous droits réservés.

 

Conditions générales de ventes  | Mentions légales |  Plan du site

Études scientifiques

D’après Michael R.Hamblin. et al. - Low-level laser ( light) therapy (LLLT) on muscle tissue : performance, fatigue and repair benefited by the power of light. Photonics lasers Med. 2012 Novembre.


D’après Carly de Faria Coelho. et al. - Effectiveness of phototherapy incorporated into an exercise program for osteoarthritis of the knee : study protocol for a randomized controlled trial. Trial 2014.

Y.Y. Gatkin, Y.K. Balandina, E.A. Gaidashev. - Magnetic-infrared laser therapy in multomodality management of children with burns. 

A.I.Kuselman. et al. - The magnet infrared l
aser therapy of uracrasia in children.

Étude de cas

Dr Olivier ABOSSOLO. -Mil-thérapie et chirurgie de l’épaule. 2011 Janv - Av.

Bureaux de recherches et développement 

L’équipe physioquanta est constituée de chercheurs français et de praticiens européens à la pointe des travaux d’avant-garde en matière de « médecine quantique » et « des technologies de l’information »

Coordonnées administrativement et logistiquement par le département Recherche/Développement de l’entreprise, un programme de recherches spécifiques est associé aux technologies de pointe développées et soutenues par PhysioQuanta.

A cette fin, l’entreprise dispose d’un dispositif original et unique qui la différencie nettement de ses concurrentes : elle s’est dotée en effet d’un réseau de conseil scientifique et de collaborateurs autonomes, coordonnés en une structure novatrice  de laboratoire délocalisé :

‘’Laboratoire d’investigation Bio-Psychophysique des Champs Informationnels’’ (LIBPCI)

Sous contrôle universitaire, LIBPCI établit les protocoles de tests, mènent les investigations cliniques, suit la littérature scientifique et met à disposition du département Recherche/développement les expertises nécessaires à la progression de la recherche associée aux technologies d’avant-garde mises en œuvre par l’entreprise.

Ce travail demande rigueur et ouverture d’esprit ; la nouveauté des concepts développés initialement dans les laboratoires russes et ukrainiens , la physique associée et les techniques élaborées durant des décennies en-dehors du champ de la recherche occidentale, tout cela demande un constant ré-ajustement de la compréhension du vivant. De plus, un effort particulier de production de nouvelles connaissances justifie l’existence de cette structure de recherche, garant de la qualité des services et produits de l’entreprise.

Le contexte actuel permet de nettement différencier les entreprises qui investissent dans le domaine de la recherche, de celles qui se contentent de diffuser des produits sans les tester.

Les nouvelles connaissances sont intégrées dans la formation, et diffusées  sous forme de conférences, de journées d’études  et d’intervention en séminaire de recherche ou en congrès.

L’aboutissement de 30 ans de recherche

Naissance de la photothérapie

Il y a un siècle, Niels Finsen, médecin Danois était atteint d’une maladie de peau dégénérative que seule l’exposition au soleil soulageait. Il étudia ainsi les effets de différentes sources lde lumière sur des maladies cutanées comme le lupus. Le succès fut immédiatement au rendez-vous au point de rendre sa clinique de soins par la lumière célèbre dans toute l’Europe.

Il venait de donner naissance aux premières techniques de photothérapie, méthode qui lui valut d’être couronné par le prix Nobel de Médecine en 1903.

Certains effets bénéfiques de la lumière avaient été ainsi identifiés au début du XXème siècle de façon empirique.

Hélas,en 1903 on ne connaissait pas encore la nature intime de la lumière, quant à ses mécanismes d’action sur les tissus, ils étaient totalement ignorés.

Ce fut, après les deux guerres mondiales, l’exploration spatiale qui fit avancer les recherches.

 

Dans l’espace, plus la gravité diminue, plus le fonctionnement des cellules ralentit, induisant toute sorte de troubles chez les cosmonautes , les animaux et les espèces végétales.

En travaillant sur le rôle possible de la lumière pour corriger ces troubles, les chercheurs américains d’un côté et russes, de l’autre mirent en évidence des propriétés jusqu’alors inconnues de la lumière, singulièrement dans ses parties rouge et infrarouge.

Le rouge et le proche infrarouge sont les parties du spectre lumineux qui pénètre le plus profondément dans le corps humain (jusqu’à 20

cm) sous la peau.

Ce spectre réveille l’activité des tissus ralentie par l’apesanteur. Il agit directement sur le mécanisme énergétique propre à toutes les cellules.

Ces découvertes, surtout faites par les chercheurs russes,

Ce fut le Pr. Tina Karu, membre de l’Académie des Sciences de Moscou, qui fut la première à décrypter la clé des processus mis en jeu.

Chaque cellule possède au sein de son cytoplasme, une petite usine énergétique appelé mitochondrie. Le glucose seul aliment final de la cellule  va, à l’issue d’un cycle complexe de transformation,  permettre la synthèse de la substance énergétique indispensable à la vie cellulaire, l’ATP.

Tina Karu démontra que la lumière rouge et infrarouge accélére la fabrication d’ATP en stimulant une protéine

photo-réceptrice présente dans la mitochondrie, appelée «cytochrome C-oxydase». La cellule, ainsi stimulée, produit plus d’ATP et donc plus d’énergie.

Tout comme les plantes qui survivent par leur capacité à capter la lumière, nos cellules savent l’absorber et la convertir en énergie de régénération.

Cette révélation permit à une nouvelle médecine dite «photo-thérapeutique» d’émerger, apportant solutions et complémentarité aux pratiques couramment utilisées.

Elles donnèrent naissance à la technologie du MILTA qui repose sur l’action conjuguée de sources de lumière rouge et infrarouge cohérente (laser) et non cohérente (LED) potentialisées par un tunnel magnétique..

Le rayonnement ainsi obtenu a un effet optimisé pour agir sur les tissus vivants. Biostimulant, il permet d’accélérer les processus de régénération cellulaire, de cicatrisation, il réduit l’inflammation, les oedèmes et les douleurs de toutes sortes.

La Milta-Classic sera ainsi utilisé à partir des années 80 dans l’aérospatiale et par certains praticiens spécialisés en thérapies manuelles.

 

De très nombreuses études parues dans les plus grandes revues médicales mettent aujourd’hui en avant les propriétés antalgiques,

anti-inflammatoires, restructurantes, cicatrisantes et immuno-stimulantes des soins photo-thérapeutiques.

La technologie Milta-classic a été utilisée avec succès pendant 30 ans par un grand nombre de praticiens partout dans le monde.

Aujourd’hui, les caractéristiques technologiques des sources électroluminescentes et la compréhension des

processus physiologiques mis en jeu lors de l’exposition d’un organisme vivant à la lumière permettent de faire un grand bon en avant.

Cette avancée se manifeste par la création de l’appareil Milta de dernière génération..

Milta intègre de nouveaux éléments performants qui permettent au praticien d’être encore plus efficace dans sa pratique quotidienne.

 

 

 

Des réglages effectués découlent des propriétés bien spécifiques du rayonnement lumineux sur les tissus vivants. Milta propose un mode « Expert » dans lequel le praticien peut contrôler et personnaliser les paramètres d’émission, ainsi que 19 programme pré-établis. Le Milta est d’une grande facilité d’utilisation grâce à l’emploi de nombreux modes automatiques pour des traitements standards.

- L’ergonomie de Milta est excellente. Doté de nouveaux bras télescopiques articulés, l’utilisation du Milta est

100% mains libres. Nul besoin de rester avec le patient durant le soin.

- En complément des émetteurs d’émission, Milta peut être utilisé avec des panneaux d’émission extrêmement

larges (1150 cm2). De grandes surfaces peuvent être ainsi traitées.

- Un nouveau procédé exclusif et breveté permet au Milta de diffuser du son par voie photonique (dans l’émission de lumière). Les applications et indications de cette option sont très intéressantes et variées.